Découvrez comment
Qualtrics fonctionne

Demander une démo

A quelle fréquence soumettre des sondages relatifs à l’engagement des collaborateurs dans son entreprise ?

4 minutes de lecture


Une entreprise qui parvient à engager, impliquer et motiver ses employés aura sans aucun doute de meilleures performances au niveau business qu’une entreprise dont le taux d’engagement des salariés est faible. Il est alors indispensable pour toute organisation d’interroger ses employés pour pouvoir mesurer leur niveau d’engagement. Pour ce faire, les enquêtes pulse sont idéales. Elles permettent d’évaluer régulièrement le taux d’engagement, la satisfaction et la motivation des salariés. Mais à quelle fréquence soumettre ces sondages ?

Comment définir la fréquence de ses enquêtes collaborateurs ?

Une fois que les objectifs de ses enquêtes portant sur l’engagement des collaborateurs sont définis et que la conception du sondage est effectuée, il faut déterminer la fréquence à laquelle les employés vont être interrogés.

Il n’existe pas de fréquence idéale applicable à toutes les entreprises pour soumettre des sondages d’engagement des salariés. Celle-ci dépend de multiples facteurs qui sont propres à chaque organisation.

Les facteurs qui déterminent la fréquence des enquêtes pulse

Facteur 1 : la fluctuation des métriques évaluées

La fréquence des enquêtes internes en entreprise dépend tout d’abord des sujets et des thèmes du sondage.

Par exemple, demander aux salariés d’évaluer leur charge de travail annuellement n’est pas pertinent étant donné que celle-ci peut varier régulièrement. Interroger ses collaborateurs toutes les semaines à propos de leur motivation n’a pas non plus de réel sens. Il est peu probable de que cet élément fluctue de manière hebdomadaire.

L’entreprise doit donc prendre en compte la fluctuation des métriques évaluées pour définir la fréquence de soumission des sondages idéale.

Facteur 2 : la capacité de l’entreprise à communiquer les résultats

Si une entreprise s’engage à mener des enquêtes pulse mensuelles, elle doit impérativement être en capacité de collecter les données, analyser les résultats, partager les rapports de l’enquête rapidement et intégrer les conclusions à un plan d’action avant le lancement du prochain questionnaire d’engagement.

Si ce n’est pas le cas, il est certain que les collaborateurs vont finir par se désintéresser de ces sondages d’engagement et que le taux de réponse va chuter petit à petit. Or, un faible taux de réponse ne permet pas d’obtenir des résultats fiables.

Facteur 3 : le fonctionnement organisationnel de l’entreprise

Chaque entreprise possède sa cadence organisationnelle. Certaines établissent des bilans mensuels alors que d’autres organisations travaillent trimestriellement. La fréquence de soumission des sondages d’engagement des employés doit être cohérente avec le fonctionnement interne. Les enquêtes pulse peuvent donc peut tout à fait suivre le rythme établi dans l’entreprise.

Enquêtes d’engagement fréquentes : comment éviter la lassitude des collaborateurs ?

Le risque lorsqu’une organisation interroge fréquemment ses employés à propos de leur motivation et de leur niveau d’engagement est de créer une lassitude. Cependant, la lassitude est généralement la conséquence d’un manque de prise en compte des réponses et des remarques des collaborateurs plus que d’une fréquence élevée.

Pour contrer ce problème de lassitude liée aux enquêtes d’engagement, l’entreprise doit absolument prouver à ses collaborateurs que les réponses qu’ils donnent sont utilisées pour améliorer leur expérience professionnelle.

Voyez comment vous pouvez devenir
un leader du EX avec Qualtrics.